Inception : Le rêve a t-il déjà rattrapé la réalité ?!

Qui n’a jamais été impressionné par l’extraordinaire créativité de Christopher Nolan ?!
Memento, The Dark Knight, Interstellar et bientôt le fameux Tenet !

Le réalisateur est sans conteste l’un des plus grands scénaristes et metteurs en scène de notre temps, il excelle dans la capacité à vulgariser de nombreux domaines : que ce soit le temps, la mémoire, les rêves ou même la matière. Nolan ne s’interdit aucun sujet et aime nous faire découvrir d’autres univers, parfois très loin de ce qui peut se faire à Hollywood !

 

Intéressons nous à l’un de ses plus grands succès, à savoir…  Inception !

Le film et son histoire ne sont plus à présenter, mais si l’on veut les résumer rapidement, disons qu’ils explorent le concept de la manipulation / appropriation des rêves, et de leurs impacts sur le subconscient de la « victime ».
Ainsi les protagonistes arriveront à implanter une idée (qui s’apparente plutôt à une émotion) dans l’esprit de leur cible, laquelle verra toutes ses pensées et ses décisions irrémédiablement influencées par cet « implant ».

Leur but étant de la convaincre de dissoudre l’entreprise familiale au profit d’une autre méga structure. Le film ne nous dira jamais s’ils sont arrivés à leur fin car le but de Nolan, mis à part celui de raconter une histoire, est de développer un concept (une idée ?) pour faire s’interroger son public.

 

La question qui peut d’ailleurs la mieux résumer le film serait : Qu’est-ce que le réel ?

 

Le film passe en effet son temps à nous ballotter entre le rêve et la réalité, tantôt pour tester la créativité d’un protagoniste, nous faire revivre un moment clé par l’intermédiaire d’un flash-back ou même en nous faisant vivre un rêve emboîté dans un autre, lui même à l’origine d’un autre rêve (compliqué tout ça).
Tout cela pour nous faire atterrir dans les limbes, sorte d’antichambre des rêves (de la mort ?), ou la créativité du subconscient est divine et le temps quasiment arrêté (coucou Interstellar).

Inception4Les limbes, ou la limite entre paradis et enfer…

 

Difficile donc de juger de ce qui est réel, lorsque les 5 sens sont tous réceptifs aux stimulis de cet environnement, comment différencier le monde réel du monde rêvé (virtuel) ? 
La petite astuce, pour ceux qui ne connaîtraient pas le film, est d’avoir un petit « totem » nous permettant de nous situer, grâce à son poids, sa forme ou son inertie.
Encore une fois, difficile de savoir si tout cela est possible, ou transposable dans notre monde.

La seule chose sur laquelle nous pouvons débattre, se situe surtout dans la faisabilité de « l’exploration des rêves » dans notre monde.
Et bien de mon point de vu, c’est tout à fait probable, et ce pourrait l’être bien plus tôt que nous le pensons.

 

Rappelez vous les humains dans Ready Player One par exemple, pensez vous un seul instant que les gens pourraient refuser de « vivre dans un monde virtuel / rêvé » s’ils en avaient la possibilité ?

La réponse à cette question est assez simple, même si elle dépend fondamentalement de chacun d’entre nous, de notre capacité à « lâcher prise », ou en gros du temps que nous serions prêts à investir dans un tel monde.

Tout dépend aussi de l’image que véhicule ce monde, s’il est imposé / obligatoire, il sera perçu par les gens comme une prison car l’humain ne supporte pas la contrainte.
Mais comme dans le Meilleur des mondes, si on lui vend comme un plaisir ou une distraction, il sera bien plus facile de faire passer la « pilule ».

Et dans un avenir où le monde proposé à la population ne lui conviendrait plus, ne lui donnerait plus d’espoir, plus de fierté quant à la réalisation d’objectifs, même les plus basiques.

Si on nous proposait comme substitut un monde excitant, paradisiaque et fantasmagorique, un monde que nous pourrions façonner à notre image.

inception 1Pas de limites dans ce monde ci !

 

Que feraient ses habitants d’après vous ? Que ferions-nous ?

Nous avons déjà quelques éléments de réponse : grâce à certains jeux popularisés par leur permissivité (Minecraft en est le meilleur exemple), ce genre de jeux qui permettent aux joueurs de créer sans autres limites que celles de leur imagination (tout ce qui est donc impossible dans le monde réel).

On peut y voir des joueurs reproduire des lieux imaginaires qu’ils ont vu dans d’autres médias, que ce soit des cités du Seigneurs des anneaux ou de Game of Thrones, ils adorent pouvoir visiter ces mondes imaginaires qu’ils n’ont peut-être pas eu l’occasion de voir correctement dans leur oeuvre d’origine, de pouvoir en admirer chaque détail, chaque imperfection…

 

Est-ce si différent du monde des rêves ? Ou d’une matrice quelconque ? 

Tout n’est qu’affaire de perception.

Des millions de gamers choisissent quotidiennement de parcourir des mondes virtuels (moi le premier) pour vivre d’excitantes aventures qu’ils ne pourront jamais expérimenter dans la réalité.
Le sommeil ou la transe ne sont que des étapes vers un abandon plus profond de notre réalité, ce n’est qu’une question de temps avant que des joueurs soient heureux d’êtres endormis ou anesthésiés pour pouvoir parcourir librement des mondes infiniment plus stimulants.

inception3Pourquoi s’encombrer d’un concept aussi futile que la gravité ?!

 

Et même si ce n’est pas par l’intermédiaire des jeux vidéos, que dire d’une personne qui passe son temps sur son smartphone ? (les « millenials » passent en moyenne 3,2 heures par jour sur leur téléphone, ce qui équivaut quasiment à une journée par semaine)
En quoi le fait de scroller ses réseaux sociaux de manière addictive serait si différent d’un rêveur parcourant l’imaginaire à la recherche de « nouveauté » ?
Le circuit de la récompense est le même : jouer, scroller ou prendre une substance nous fait produire de la dopamine de la même façon et le cerveau ne fait aucune différence quant à la nature de cette nouveauté, qu’elle soit « réelle », ou non.

 

Tout ceci n’est finalement qu’une question de technologie (donc de temps) et d’acceptation sociale. Un jour, peut-être nous retrouverons nous tous dans un monde virtuel sans aucunes limites. Et qui sait… peut-être est-ce déjà le cas…

 

Je terminerai sur une citation de cet excellent film qui m’a toujours marquée, phrase qu’un « dealer de rêves » prononcera lorsque Cobb découvrira des addicts en pleine rêverie :

  • « Ils viennent ici tous les jours pour dormir ? » 
  • « Non, c’est pour être réveillés qu’ils viennent, désormais, le rêve est leur réalité. »

inception 2Un salon de rêves clandestins, ou un cybercafé du futur ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :